Situé près de l’ancienne Voie Domitienne, juste avant le franchissement des Pyrénées, Saint Martin de Fenollar est une petite église d’architecture préromane, citée pour la première fois dans un texte de 844, comme possession de l’abbaye d’Arles.

Elle était à l’origine couverte d’une charpente en bois, et reçut plus tard une voûte de pierre et, surtout, au cours de la première moitié du XIIème siècle, elle fut décorée d’importantes fresques. Ce décor présente sur les murs l’histoire de l’incarnation (Annonciation, Nativité, Annonce aux bergers, Adoration des Rois Mages) et, au-dessus, la vision de la Majestas Domini, inspirée de l’apocalypse; le Christ entouré du Tétramorphe reçoit l’hommage des vingt-quatre vieillards de l’Apocalypse.

Il s’agit du plus important décor peint du Roussillon, plutôt proche, par le style, des productions méridionales d’Aquitaine et du Languedoc, et différent du Grand Style italo-byzantin, illustré par les peintres de Taüll (Catalogne Sud). Par sa palette réduite et par sa puissance d’expression, c’est une œuvre singulière qui impressionna fortement les artistes modernes et, particulièrement, Picasso et Braque lors de leur venue en 1910. Classement monument historique depuis le 1er août 1967.

« Bien que modeste, l’église de Saint-Martin-de-Fenollar recèle le plus important ensemble de peintures murales conservé in situ de Catalogne du Nord. La datation de cette ancienne dépendance de l’abbaye bénédictine Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech est assez controversée.

Certains auteurs en situent la construction au IXè siècle, moment où elle apparaît dans quelques textes émanant de l’autorité carolingienne (844, 869, 875, …), d’autres entre la fin du Xè siècle et le début du XIè siècle, à cause du voûtent qui couvre entièrement l’édifice. Quoi qu’il en soit, son plan s’inscrit dans la tradition préromane par la nef rectangulaire haute et large et le chevet bas et étroit, de forme trapézoïdale déviant légèrement vers le nord.

Tous les arcs primitifs sont légèrement outrepassés et disposés en retrait par rapports aux montants, comme à Saint-Michel-de-Cuxa et à Saint-Miguel de Riunoguès par exemple. Deux doubleaux se prolongeant le long des murs par des pilastres divisent le vaisseau en trois travées. La porte, placée au sud, est flanquée de deux étroites fenêtres à simple ébrasement.

L’éclairage est complété par trois autres baies, à l’ouest, au-dessus de l’arc triomphal et à l’est. Cette dernière a été refaite. Les maçonneries, en moellons, galets et mortier de chaux, sont renforcées aux angles par des blocs de plus grandes dimensions formant des chaînes. Le contraste est saisissant entre la sévérité des murs et le monde coloré qui se cache derrière, dans le sanctuaire.

Découvertes en 1860, les fresques de l’abside ont fait l’objet d’une première étude en 1886. Depuis lors, elles font régulièrement l’objet de publications scientifiques. Des restaurations relativement récentes ont permis de mettre au jour des fragments de peinture sur le mur sud de la nef (draperies, quadrupède), dans l’embrasement de plusieurs fenêtres et sur l’arc triomphal (personnage en buste, bras levés). L’édifice devait donc être entièrement couvert d’un décor polychrome dont l’essentiel de ce qui est conservé se situe sur la voûte et les murs du sanctuaire. » (Extrait des Eglises romanes oubliées du Roussillon)

Tarifs
Plein tarif 3,50 €
Pass inter-sites
Groupes
3,00 €
Jeunes de 12 à 18 ans
Etudiants
Pers. handicapées
Pôle emploi / RSA
1,50 €
Moins de 12 ans Gratuit

www.factura-recherche.org

Horaires d’ouverture
– Basse saison –
Février à Juin
Septembre à Décembre
Tous les jours
Sauf mardi et jours fériés
14h à 17h
– Haute saison –
Juillet et Août
Tous les jours
Sauf jours fériés
10h00 à 12h00
14h30 à 18h30
Fermeture : Décembre et Janvier

04 68 87 73 82
E-mail : saintmartindefenollar66480@gmail.com

MacBook Proчехол mitsubishitop 10 binary trading sites